Noter les témoins en généalogie

26 août 2019 0 Par wolfram20

De l’intérêt de noter les témoins (même non parents)

Lorsque j’ai commencé ma généalogie, et comme beaucoup de généalogistes débutants, j’ai commis quelques erreurs. Notamment celle de ne pas relever systématiquement les témoins pour les actes de naissance/mariage/décès lorsque le témoin n’est pas de la même famille (indiqué comme tel ou ayant un nom de famille connu).
J’ai récemment repris ma généalogie du début (attention je ne jette rien, j’ai juste recommencé un arbre et je m’appuie sur mes précédentes recherches pour reprendre les actes un par un afin de vérifier les données, ré-indexer correctement les actes etc. J’en profite également pour relever le nom de TOUS les témoins sur les actes, ce qui me permet de faire certaines découvertes.

Tout est parti de l’acte de décès de Pierre Alfred VÉDRENNE le 7 juillet 1896 à Périgueux.

Pierre Alfred VEDRENNE acte de décès
Acte de décès de Pierre Alfred VEDRENNE, AD Dordogne

On peut voir qu’un certain Jean BRETOUT déclare le décès de mon ancêtre. Les seuls informations en ma possession sont donc son âge : 24 ans, sa profession : sellier ainsi que son domicile : Périgueux.

C’est un peu vague pour déjà établir un lien. D’autant plus que le patronyme BRETOUT ne résonne pas particulièrement à mes oreilles.

Ensuite, je me suis penchée sur le remariage de Marie ARZILLIER (veuve de Pierre Alfred VÉDRENNE), avec Raoul ARCHIER le 22 décembre 1897 à Périgueux. Parmi les témoins, on trouve un certain Fernand BRETOUT âgé de vingt-cinq ans, employé de la compagnie d’Orléans.

Extrait de l'acte de mariage ARCHIER-ARZILLIER
Extrait de l’acte de mariage ARCHIER-ARZILLIER, AD Dordogne

Déjà ça me parle plus, l’âge correspond mais pas le prénom. Et c’est son métier qui m’interpelle : employé à la compagnie d’Orléans… Exactement comme Jean Marie VÉDRENNE (fils de Pierre Alfred et de Marie ARZILLIER). Cherchant à en connaitre plus sur cette branche que je n’ai jamais côtoyée, je décide d’approfondir. J’ai peut-être trouvé un début d’explication sur la raison qui aurait poussé mon AGP à travailler dans les chemins de fer.

Me voilà partie en quête d’actes sur Périgueux concernant Jean (et/ou) Fernand BRETOUT. Et là un premier article attire mon attention… Une vente de fonds de commerce à Angoulême (rue de Périgueux ça ne s’invente pas) d’une certaine Marthe ARZILLIER veuve en premières noces de Jean BRETOUT… Le nom de famille est le même que celui de mon ancêtre Marie ARZILLIER. La coïncidence est trop évidente pour que j’en reste là.

Il faut donc que je cherche du côté de Marthe (dont le prénom ne me dit rien).

Bingo ! Le cercle d’histoire et de généalogie du Périgord (merci à eux) a relevé la naissance d’un enfant nommé Jean-Lucien BRETOU (sans T) le 13 septembre 1897 à Périgueux, fils de Jean BRETOU et Marthe ARZILLIER. Le couple est donc bien présent à Périgueux à la période qui nous intéresse. Je vais donc de ce pas récupérer l’acte de naissance en question.

Jean Lucien BRETOU acte de naissance
Acte de naissance de Jean Lucien BRETOU, AD Dordogne

Parfait ; je retrouve Jean BRETOU (sans T toujours), sellier, dont l’âge correspond (ainsi que la signature) et, information importante : Marthe et Jean se sont mariés à Périgueux. C’est parti pour faire un tour dans les tables décennales (ce que j’aurais pu faire plus tôt c’est vrai…)

Je trouve la trace de BRETON Jean (oui le nom est encore différent) et ARZILLIER Martha mariés le 24 septembre 1896. En se penchant sur l’acte je vois qu’il s’agit bien de BRETOU (et non BRETON) Jean âgé de 23 ans, sellier : tout concorde. Au tour de Marthe (et non Martha) ARZILLIER de passer au crible : âgée de 20 ans, née à Chateauneuf (en Charente), tailleuse (profession très courante dans cette branche), habitant rue Limogeanne (même rue que mes ancêtres), fille de Jules ARZILLIER décédé à Périgueux le 11 septembre 1891 et de Catherine SORBE décédée à Périgueux le 12 juillet 1882.

Acte de mariage BRETOU-ARZILLIER
Acte de mariage BRETOU-ARZILLIER, AD Dordogne

Zut… Jules ARZILLIER et Catherine SORBE ça ne me dit rien non plus… « Procédant du consentement de François ARZILLIER et Sicarie MERLAUD, ses aïeuls paternels, sans profession, demeurant aussi à Périgueux, tous les deux ci-présents ». Ah ça je connais !!! Il s’agit du père de Marie ARZILLIER (femme de Pierre Alfred VÉDRENNE et de Raoul ARCHIER) et de sa première femme (donc pas la mère de Marie).

Oui mais comme je viens de le dire… Sa première femme… Car Sicarie MERLAUD est décédée le 21 juin 1860 à Verteillac, je la vois mal être présente au mariage de sa petite fille en 1891… Enfin il s’agit sûrement de Marguerite CIPIERE, la deuxième femme de François (Et donc mère de mon ancêtre Marie ARZILLIER). Bon tout ça c’est bien joli, mais je n’ai aucun Jules parmi les enfants du couple ARZILLIER-MERLAUD… Mais j’ai la date de décès de Jules alors autant vérifier sa date et son lieu de naissance…

Jules Ladoire ARZILLIER acte de décès
Acte de décès de Jules Ladoire ARZILLIER, AD Dordogne

Jules Ladoire né à 1844… Ah, Ladoire en 1844 je l’ai !

Quitte à être complet, le mieux serait de retrouver l’acte de mariage de Jules Ladoire ARZILLIER, fils de Pierre François et de Sicarie MERLAND/MERLAUD, et de Catherine SORBES (ou SORBE).

J’en trouve un à Nersac (Charente), à 10km de Chateauneuf (commune de naissance de Marthe), le 23 décembre 1867, Ladoire ARGILLIER (on n’est plus à une lettre près maintenant), fils de François et de Sicaire MERLAUD, né à Verteillac le 29 mai 1844, marié à Catherine SORBES, fille de Jean et de Anne DUPEIROU, née à Saint-Jean-de-Côle (Dordogne) le 15 mars 1851.

Acte de mariage ARZILLIER-SORBES
Acte de mariage ARZILLIER-SORBES, AD Charente

Reste à vérifier que sur l’acte de naissance de Marthe ARZILLIER tout colle. Oui, mais problème… Au 21 juin 1873 à Chateauneuf-sur-Charente, aucune trace d’une Marthe ARZILLIER… Me revoilà dans les tables décennales… Et bingo, elle n’est pas née le 21 juin 1873 mais le 21 juin 1876… Par contre elle a une sœur, Angélina Marie, née le 8 février 1873 (un nouvel acte? Je prends).

Elle est bien notée fille de Jules ARZILLIER, tout colle (même chose concernant l’acte de naissance de sa sœur Angélina Marie).

Marthe ARZILLIER acte de naissance
Acte de naissance de Marthe ARZILLIER, AD Dordogne

Il ne me reste qu’une dernière vérification à faire : le décès de Catherine SORBES. Je recherche donc directement l’acte grâce à la date indiquée dans l’acte de mariage de Marthe.

Catherine SORBES acte de décès
Acte de décès de Catherine SORBES, AD Dordogne

Femme de Ladoire ARZILLIER, déclarée par François ARZILLIER (dont l’âge correspond à celui du père de Ladoire). C’est donc officiel, je viens de retracer une partie de la famille dont je ne soupçonnais pas l’existence jusque-là.

Alors certes, je n’ai toujours pas démontré le lien entre l’entrée de mon ancêtre Jean Marie VÉDRENNE à la compagnie d’Orléans et Jean (Fernand) BRETOU. En revanche j’ai appris que M. BRETOU était en fait le cousin par alliance de Marie ARZILLIER. On peut donc logiquement supposer que les deux cousines étaient proches (géographiquement aussi puisqu’elles habitaient dans la même rue).

Ah, au passage, il y a d’autres témoins en commun sur les actes de mariage des deux couples ou sur les actes de naissance de leurs enfants… Il va donc falloir que je cherche de ce côté aussi.

Il y a encore beaucoup de points à éclaircir sur les liens entre les deux familles. Comment sont-elles arrivées à Périgueux par exemple? Pour vous donner une idée de l’avancement de mon arbre grâce à cette découverte, je vous joins une photo avant et après les modifications (elle peut être agrandie en cliquant dessus).

Arbre avant les recherches
Arbre après les recherches
Descendance de François ARZILLIER
Descendance de François ARZILLIER

Merci de m’avoir lu jusque là. Il s’agit du premier article de ce blog, n’hésitez pas à me faire parvenir vos remarques et conseils.